Pendant encore combien de temps allez-vous chercher la plante ou le remède miracle , avant de vous attaquer à la cause ?

Dans son livre « l’alimentation ou la troisième médecine », le Dr Seignalet explique que de nombreuses maladies sont dues à un encrassement de l’organisme.

Cet encrassement est souvent dû à une alimentation inadaptée ou à des l’intolérances alimentaires insoupçonnées, telles que le lactose ou le gluten… mais bien d’autres intolérances alimentaires existent.
Le Dr Seignalet a constaté une amélioration, dans plus de 70 % des cas, des migraines, colites, fibromyalgies, candidoses, constipation, diarrhée, dépression….. simplement en évitant les allergènes.

Avez-vous une intolérance alimentaire ?

De nombreux tests d’intolérances alimentaires sont proposés.

Le plus efficace nous semble être, pour tester les intolérances et allergies alimentaires, le test neuromusculaire.

En effet, lorsque le corps est en contact avec une substance qui le perturbe, des réactions subtiles se manifestent (accélération ou effondrement du pouls, affaiblissement du système énergétique…), il suffit d’être à l’écoute du corps, mais qui l’est réellement ? Préoccupé par la multitude de choses à faire chaque jour, ou des symptômes handicapants, il est difficile d’être objectif.

Quand l’intestin va, tout va !

Les milliards de bactéries présentes dans notre intestin transforment, assimilent, éliminent ce que nous ingérons. Des découvertes récentes de l’institut de recherche agronomique, prouvent qu’un déséquilibre de la flore intestinale a une action sur notre santé physique mais aussi psychologique. En effet les intestins sont impliqués dans la fabrication des neurotransmetteurs comme la sérotonine, la dopamine et vont donc influencer notre système émotionnel.

Ne dit-on pas l’intestins est notre deuxième cerveau ?

C’est aussi le siège de nos défenses immunitaires. Les candida albicans, nécessaires dans notre flore intestinale, peuvent perturber notre organisme et nos comportements alimentaires. S’ils sont en surnombre ils réclament plus de nourriture, notamment une attirance pour le sucre ou le chocolat. Cela provoque des coups de pompes et les fameuses crises de boulimie.

Share This